ORDRE MARTINISTE DES RITES UNIS

16 juillet 2019

Centenaire du Massacre de Nicolas II et de sa Famille

Russie_Nicolas II_02

 

 Voilà 101 ans que le Tsar de toutes les Russies, Nicolas II et sa famille, femmes, enfants et serviteurs, ont été massacrés dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 (calendrier grégorien) et 4 juillet (calendrier julien). Au-delà de l'horreur et de l'abomination de cet acte, souvenons que Nicolas II et son épouse étaient S.I. et faisaient partie de la Loge Martiniste L'Etoile et la Croix à Tsarskoie Selo (aujourd'hui Pouchkine), la résidence d'été de la famille impériale, à 25 km au sud de saint Pétersbourg.

  Après l’abdication de Nicolas II, le tsar et sa famille furent retenus en captivité dans leur résidence, le Palais Alexandre à Tsarskoïe Selo, puis ils furent transférés à Tobolsk, en Sibérie occidentale, sur ordre d'Alexandre Kerensky, le chef du gouvernement provisoire, qui craignait pour leur sécurité en raison de l'agitation bolchévique et des tentatives du soviet de Saint-Pétersbourg pour s'assurer de la personne du tsar. La famille passa l'hiver dans une relative tranquillité. Les Bolcheviks, désormais au pouvoir, transférèrent le couple impérial et une de leur fille à Ekaterinbourg, dans la villa Ipatiev, le 30 avril 1918. Le reste des enfants viendront les rejoindre un mai 1918. Leur détention devint particulièrement désagréable. Le commissaire Iakov Iourovski, responsable de la garde, prit prétexte de l'approche de l'Armée Blanche (anti-bolchévique) de l'amiral Alexandre Koltchak pour faire exécuter le tsar et sa famille sur l'ordre très probable de Lénine. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, la famille impériale et leur suite furent abattus dans le sous-sol de la villa Ipatiev.

Russie_Ipataiev

  Plusieurs éléments tendent à prouver que l'exécution de la famille impériale avait été planifié à Moscou bien avant l'approche de l'armée de Koltchak. Ainsi, d'autres membres de la famille (notamment la sœur de la tsarine, la grande-duchesse Élisabeth) furent tués dans la nuit du 17 juillet à Alapaïevsk, un bourg de l'Oural à plusieurs centaines de kilomètres d'Ekaterinbourg. De plus, l'urgence de l'exécution du tsar et de sa famille était largement exagérée : le même Yourovsky ne quitta la ville qu'une semaine plus tard, en convoyant vers Moscou l'or des banques de l'Oural et de Sibérie occidentale qui avait été préalablement rassemblé à Ekaterinbourg. (Cf. Notamment Pierre Lorrain, La fin tragique des Romanov, Editions Bartillat, Paris, 2005.)

 Finalement, les corps de la famille impériale furent retrouvés pour la plupart en 1991, et pour deux des enfants, en août 2007. Le 17 juillet 1998, 80 ans jour pour jour après leur mort, les restes de la famille impériale, furent inhumés à la Cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg en présence des descendants de la famille Romanov et du président

 Boris Eltsine qui a déclaré que cet assassinat était un acte barbare. Le tsar et sa famille ont été canonisés et considérés comme morts martyrs par l’Église orthodoxe de Russie en l’an 2000 et la cour suprême de Russie en octobre 2008.

 

Russie_Nicolas II_03

  Cette tuerie est les prémices de la vague de massacres et de déportation par le régime bolchévik dans sa volonté farouche d’éradiquer par tous les moyens toute spiritualité. Prêtres, moines, intellectuels, francs-maçons, rosicruciens, martinistes, libres penseurs ... tous et toutes subirent, dans le meilleur des cas, une exécution sommaire.

Sources Wikipedia

 

 

Posté par Josue_ à 06:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 juin 2019

L'Ordre Martiniste des Rites Unis

 La création de l'Ordre Martiniste des Rites Unis (O.M.R.U.) est initiée en juin 2008, par le regretté Sâr Signifer, Gérard Kloppel, quelques mois avant son décès survenu en octobre de la même année.

 En effet, Sâr Signifer, ne souhaitait pas le réveil de l'Ordre Martiniste Initiatique (O.M.I.) tombé alors dans un profond sommeil. Une restauration totale s'imposait nécessitant selon lui un renouvellement complet de ses structures.

 Cette restauration offre ainsi l'opportunité de rassembler deux différents rites ou courants du Martinisme contemporain des plus significatifs :

  • Le Martinisme dit «Occidental» initié par Papus qui définissait l'Ordre Martinisme comme une : «société mystique... [dont] le Martinisme est l'union des forces invisibles évoquées pour la recherche de la Vérité. L'Ordre Martiniste est un centre actif de diffusion initiatique. Il est constitué pour propager rapidement et d'une manière étendue les enseignements de l'occulte et les lignes de la tradition occidentale chrétienne.»;
  • Le Martiniste dit «Oriental», appelé aussi «Martinisme Russe ou Ukrainien ou de Novikov» dans sa dimension opérative et «rosicrucienne». Un des Frères d'un Chapitre moscovite le définissait comme la «lutte contre les forces du mal dans l'univers et en nous, l'ascension des marches mystérieuses, le long de la chaîne qui unit le monde matériel au monde spirituel. ... Cette chaîne se compose de chaînons innombrables, dont les principaux sont : connaissance de soi, [réintégration], édification de son Temple Intérieur, pénétration, chez les uns recherche de l'extase, chez les autres le silence de la contemplation.».

 Ces deux rites, ces deux axes, s'unissent autour d'un centre commun : l'Ordre Martiniste des Rites Unis. L'Ordre Martiniste des Rites Unis se veut être humblement l'expression d'une pratique spécifique du martinisme auprès de nos Frères et Sœurs Martinistes Libres ou au sein d'Ordres Martinistes divers.

 L'Ordre Martiniste des Rites Unis adopte les formes du « Martinisme Occidental », mais il prend sa source initiatique dans le « Martinisme Russe ». Il tire sa force de l'ésotérisme traditionnel et spirituel si particulier de cette Tradition séculaire qui remonte à Colovion en 1784. Il s'inscrit dans cette voie de l'hermétisme chrétien qui allie la Rose et la Croix au Nom et sous les auspices de notre Vénéré Maître YHShVH.

 Les rituels de l'Ordre Martiniste des Rites Unis restent attachés à l'esprit voulu par un de ceux qui mit au jour cette filiation, le regretté Sâr Aurifer. L'Ordre Martiniste des Rites Unis ne comporte que quatre, et uniquement quatre grades : Associé Martiniste, Initié Martiniste, Supérieur Inconnu et Supérieur Inconnu Initiateur.

 Nous accueillons en notre sein tout homme ou toute femme de Désir. Nous nous refusons à faire le moindre prosélytisme. Nous restons cependant ouverts à tous dans le respect des spécificités de chacun. Les Frères et les Sœurs regroupés au sein d'une Loge ou Collège martiniste pourront ainsi œuvrer au sein d'une démarche initiatique commune, hors de tout esprit sectaire.

 Le Synédrion des Supérieurs Inconnus, Serviteurs et Inconnus, œuvre. Il est le garant et le gardien de la fidélité des transmissions initiatiques de l'Ordre Martiniste des Rites Unis. Il est le dépositaire et le conservatoire de filiations initiatiques hermétiques traditionnelles qu'il dispense en son sein. 

 Les temps sont venus où nous nous devons d'abandonner certaines formes, certaines structures appartenant au passé afin de les renouveler selon les vœux des Maîtres Passés et d'œuvrer dans la simplicité et l'amour à la Gloire du Sublime Architecte des Mondes et au nom de YHShVH.

« Nous savons tous que le Tout-Puissant plein d'amour et de miséricorde peut,
quand il le voudra,
faire naître des pierres mêmes des enfants d'Abraham
».

 « Purifie-toi, demande, reçois, agis, car toute l'Œuvre est en ces quatre temps.»

 


OMRU Synedrion

Le Synédrion des Supérieurs Inconnus de l'Ordre Martiniste des Rites Unis.
Le 29 décembre 2008.

Posté par Josue_ à 06:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Sol Invictus

scarabe

 

  Personne, en effet, ne le peut concevoir ou penser, ni ne peut approcher auprès de celui qui est exalté, auprès du véritable préexistant. Mais tout nom qui est conçu ou prononcé à son sujet, est proclamé pour sa gloire, comme sa trace, selon la capacité de chacun de ceux qui le glorifient. Mais celui donc qui à partir de lui s’est levé comme le soleil à l’horizon, se déployant en vue de l’engendrement et de la connaissance des Touts, lui, par contre, il est tous les noms, sans mensonge, et il est véritablement le seul premier homme du Père.

  C’est lui que j’appelle la forme de ce qui n’a pas de forme, le corps de l’incorporel, le visage de l’invisible, le logos de l’ineffable, l’intellect de l’inintelligible, la source qui a jailli de lui, la racine de ceux qui sont plantés et le dieu des dévots, la lumière de ceux qu’il illumine, la volonté de ceux qu’il a voulus, la providence de ceux qu’il pourvoit, l’intelligence de ceux qu’il a rendus intelligents, la puissance de ceux à qui il donne puissance, l’assemblée de ceux avec qui il s’assemble, la révélation de ce qui est recherché, l’œil de ceux qui voient, le souffle de ceux qui respirent, la vie des vivants, l’unité de ceux qui sont unis.

Traité Tripartie, NH I,5.

 

 

Posté par Josue_ à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juin 2019

Livre des Secrets de Jean

19 Il arriva, pendant l’un de ces jours où Jean, frère de Jacques, — ce sont les fils de Zébédée — était monté à Jérusalem, qu’étant monté au Temple, un pharisien du nom d’Arimanias s’approcha de lui et lui dit : « Où est ton maître, celui que tu suivais ? » Jean lui dit : « Il est retourné dans le lieu d’où il était venu. » (Le pharisien) lui dit : « Ce Nazôréen vous a fait errer dans l’erreur et vous a rempli les oreilles de mensonges.

 Il a fermé vos cœurs et vous a détournés des traditions de vos pères. » Lorsque j’entendis ces propos, je me détournai du Temple, me dirigeant vers la Montagne, vers un lieu désert. Je m’affligeais beaucoup et je disais : « Comment le Sauveur a-t-il donc été mandaté ? Pourquoi a-t-il été envoyé dans le monde par son père qui l’a envoyé ? Qui est son père ? Et de quelle nature est cet éon vers lequel nous irons ? Il nous a dit que cet éon où nous sommes avait reçu la figure de cet éon incorruptible où nous irons, mais ne nous a pas instruits de ce dernier en nous disant de quelle nature il était ? »

 À cet instant, alors que je réfléchissais à cela, les cieux s’ouvrirent, la création entière fut illuminée par une lumière qui apparut en dessous des cieux et le monde entier fut ébranlé. Je fus effrayé et je me prosternai. Et voici que m’apparut] un enfant. Mais il changea son aspect, prenant celui d’un vieillard en qui se trouvait de la lumière. Je regardai, mais sans comprendre ce prodige. S’agissait-il d’une apparence ayant des formes multiples dans la lumière et dont les formes avaient été manifestées les unes par les autres comme si elle était une ? Mais alors comment] avait-elle trois aspects ?

 Il me dit : « Jean, pourquoi doutes-tu et es-tu effrayé ? Tu n’es pas étranger à cette apparence. Ne sois pas pusillanime. Je suis avec vous en tout temps. Je suis le Père, je suis la Mère, je suis le Fils. Je suis celui qui existe éternellement, celui qui est sans souillure et sans mélange. Je suis venu maintenant t’instruire de ce qui est, de ce qui a été et de ce qui doit advenir afin que tu connaisses les choses invisibles comme les choses visibles, et t’instruire aussi au sujet de l’Homme parfait.

« Maintenant donc lève ton visage, écoute et entends ce que je te dirai aujourd’hui afin de le proclamer toi-même à ceux qui partagent le même Esprit que toi, eux qui sont issus de la génération inébranlable de l’Homme parfait. »

Extrait du Livre des Secrets de Jean, Bibliothèque de Nag Hammadi (BG,2; NH III,1)

Posté par Josue_ à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juin 2019

Prière du Serviteur

LA PRIERE DU SERVITEUR

 

j’ai rangé la demeure et refermé la salle,
Je veille sur les biens de mon maitre endormi ;
le grand chien du logis, qui s’étend sur la dalle
N’a pas ainsi que moi les yeux clos à demi,

J’ai fait taire la vasque et fait luire la lampe,
J’ai serré la vaisselle et plié les habits ;
Et dans la paix obscure où s’achève la rampe
Mes pleurs silencieux coulent sur mon pain bis

Je n’aurai de repos, Seigneur, Que sous la pierre
Pour la première fois l’appel me sera doux
Lorsque je l’entendrai dans le fond de ma bière
Et je dirai : « Maître » et que ce sera vous.

Robert de Montesquiou (1855-1921)

Posté par Josue_ à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 mai 2019

Robert Ambelain - Aurifer

In Memoriam

 

 

Robert Ambelain, Aurifer
27 mai 1997

ambelain a l ordre

Il y a 22 ans que le regretté F:. Robert Ambelain, i.o. Aurifer a rejoint les terres lointaines de l'Occident.

Il a été le réunificateur d'une expression des rites égyptiens de Memphis et de Misraïm. Il était aussi maçon rectifié, i.o. eques a reconciliatione.

Il a été celui qui redonna ses lettres de valeur à l'ésotérisme occidental, réveillant et ré-activant de nombreuses sociétés initiatiques et hermétiques qui sans lui seraient restées oubliées. Exhumant de la poussière tant de textes de ses chers "Maîtres passés".

 

" Mes Frères n'oublions pas que c'est en notre âme et en l'âme de nos semblables
que nous devons semer le Verbe, afin qu'il produise des fruits de tout genre et de toute espèce.
Car l'âme de l'Homme est la terre naturelle du Verbe.
Et comme les eaux du Nil fécondent la Terre de Memphis, dans la saison Shâ et au mois de Thot,
ainsi les eaux d'en haut fécondent
le temple intérieur de l'homme en la même mystérieuse Saison
."

In memoriam.

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mai 2019

Defoe

La vraie grandeur
Consiste à être maître de soi-même.

Daniel Defoe.

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2019

Giordano Bruno

Le sage est celui qui cherche, non pour enfermer le monde dans la prison des concepts mais pour découvrir le foisonnement universel de la vie, pour ne faire qu'un avec cette puissance créatrice et devenir créateur lui-même.

Giordano Bruno

Posté par Josue_ à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mai 2019

Le poème de l'âme

 

« Tombé du plus élevé des cieux, une colombe est en toi, noble et fière.
Nul voile ne la cache et pourtant nul regard même d’initié ne la voit
Malgré elle en toi, peut-être souffrira-t-elle un jour de te quitter.
D’abord révoltée, elle a peiné à s’adapter, puis s’est habituée à ce corps pour elle désert et vide
Elle a fini, je crois, par oublier son monde originel dont elle était inconsolable
Elle a quitté pour toi son séjour céleste pour tomber en ce terrain aride
La lourde matière s’est attachée à elle et elle a vécu en ton corps, ruine périssable.
A évoquer sa vie au monde des esprits, elle pleure des larmes sans fin
Et jette sa plainte sur ces vestiges, jouets des quatre vents
L’épais réseau l’enserre, une cage la tient éloignée de l’immense maison
Jusqu’au moment du départ vers le foyer des âmes et le champ sans mesure
Alors séparée de ton corps de poussière désormais seul
Elle dormait et, le voile levé, voit ce que ses yeux de sommeil ne pouvaient voir.
Elle roucoule alors du sommet du sommet du Haut-Mont, la Connaissance y porte les plus faibles
Qu’est-elle descendue des Cieux vers ce bas-monde misérable ?
Si Dieu l’y a précipitée, son intention reste cachée au plus subtil entendement des hommes,
S’il le fallait pour qu’elle entende le jamais entendu,
Pour l’instruire de ce que les mondes cachent, quelle faillite.
Le temps lui a coupé la route, couchée sans plus d’espoir de se lever elle a été
Pour toi comme un éclair jailli du ciel puis disparu, et c’est comme s’il n’avait jamais brillé.
Réponds à la clarté du feu de la science à cette question qui m’obsède ».

Traduction H.Jahier - A.Nourredine, Publications de la Faculté  d’Alger 1960.

En arabe Ibn Sina. (Afchana 980 - Hamadhan 1037). Médecin et philosophe iranien. Il fut l’un des savants les plus remarquables de l’Orient. Son « Canon de la médecine » et son interprétation d’Aristote eurent une influence considérable en Europe jusqu’au XVIIe siècle.

Posté par Josue_ à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 avril 2019

La Science Martiniste. III et fin.

BUT DE LA SCIENCE MARTINISTE

Et maintenant que je vous ai dit ce qu'est notre science et comment vous pourrez l'obtenir, il me reste à indiquer, en concluant, comment vous devrez l'employer.

C'est une noble idée d'Aristote que celle-ci : le savoir a sa fin en lui-même, on doit le rechercher en dehors de tout profit personnel. Et, en effet, vous le savez, mon frère, vous ne pourriez assujettir la recherche scientifique à quelque pensée de lucre ou même d'honneur mondain sans manquer gravement aux principes fondamentaux de notre Ordre.

Vous devez aimer la science pour elle-même, pour les jouissances si pures qu'elle nous donne - seules jouissances qui ne laissent pas de regrets -. Vous devez l'aimer parce qu'elle donne à l'esprit le calme et la paix intérieures, parce qu'elle lui fait trouver le bonheur dans la conscience même de sa force.

Et cependant il est possible de trouver à la science un but plus élevé encore. Faire son propre bien est légitime, faire le bien d'autrui est méritoire. Or c'est ce que la science vous permet d'accomplir.

La science, en effet, est essentiellement communicable ; elle se transmet sans s'amoindrir, elle semble même se fortifier en celui qui la possédait par sa transmission même.

Donnez donc largement à autrui, mon frère, la science que vous possédez ; enseignez ce que vous savez, c'est le meilleur moyen d'apprendre davantage. En instruisant vos semblables, comme c'est le devoir de tout initiateur martiniste, vous mettrez un peu plus de joie dans leur cœur et dans le vôtre, vous collaborerez à l'œuvre éternelle de Dieu.

La vraie grandeur de notre science, c'est qu'elle permet de faire le bien.

F:::8e

FIN

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,