ORDRE MARTINISTE DES RITES UNIS

29 août 2019

Histoire de l'Ordre Martiniste Initiatique (O.M.I.), III et fin.

Voici la dernière partie de cette plaquette.

 

 

L'ORDRE MARTINISTE INITIATIQUE FILIATION ET DEPOT DE LA TRADITION RUSSE

Filiation

L'Ordre martiniste des Elus-Cohens, lié pendant un temps à l'Ordre de Papus dirigé par Philippe Encausse au sein de l'Union des Ordres Martinistes, va poursuivre son activité jusqu'en 1967.

C'est en 1968, à la suite du dépôt en son sein de la filiation Russe qu'il procéda à sa propre rectification. De cette rectification devait naître, en 1969, le Souverain Sanctuaire des Chevaliers de Palestine, créé par Gérard Kloppel, reprenant dans sa théurgie l'ensemble des grades Cohens en les adaptant, sans rien retrancher de leur contenu, aux exigences de la vie moderne.

C'est dans le contexte de la seconde guerre mondiale, en 1942, que les Frères Georges Bogé de Lagrèze et Camille Savoir, tous deux membres du Grand Prieuré des Gaules et donc issus du Rite Ecossais Rectifié, vont donner patente à Robert Ambelain afin de créer l'Ordre Martiniste des Elus-Cohens Grand Profès.

Le dépôt de la filiation Russe

Des informations recueillies par Robert Ambelain

  • en 1946 auprès du Frère Ivan Lebzine
  • de 1954 à 1955 auprès du Frère Valentin Tomberg
  • de 1960 à 1968 auprès du Frère Nicolas Choumitsky

Tous trois initiés Martinistes Russes et Ukrainiens et qui ne se connaissaient pas, il résulte des renseignements concordants qu'ils donnèrent que :

« Le Martinisme Russe constituait le filtre préparatoire à la Maçonnerie Russe à forme Templière (Stricte Observance). Elle même servait de filtre préparatoire à la Rose-Croix Russe dont Novikov fut Grand Maître.

II m'a été aisé de voir qu'aux yeux des hommes, si vous n'avez point de corps, vous passez bientôt pour n'avoir point d'esprit, car tout leur esprit est dans leur corps.
Louis-Claude de Saint Martin

Le Martinisme enseignait la doctrine du Philosophe Inconnu en tant que métaphysique, philosophie, mystique. La Maçonnerie Templière enseignait toutes les branches de l'occultisme et cet enseignement (purement didactique et théorique) était ensuite mis en pratique dans la Rose+Croix et il en est toujours de même de nos jours. (Alchimie, Théurgie, etc.)

Devant les incertitudes de la filiation papusienne, évoquées plus haut, Robert Ambelain, après trente années de Martinisme Papusien, se fit réinitier pour recevoir la filiation venue de Galitzine. Et c'est ainsi que l'Ordre Martiniste Initiatique effectua son ancrage définitif dans la filiation Russe et Ukrainienne.

Aujourd'hui

Le 29 octobre 1984, Gérard Kloppel succédait à Robert Ambelain à la Grande Maîtrise de 1'Ordre Martiniste Initiatique

A partir de cette date les orientations données tendent invariablement vers le même but :

  • Reconnaissance et bonne entente avec les Ordres Frères dans le respect de la spécificité de chacun.
  • recrutements centrés sur des Frères et des Sœurs, Maîtres Maçons, disposant de données solides sur le plan ésotérique, s'intéressant plus particulièrement à l'alchimie, l'astrologie, la kabbale, ou (et) ayant une bonne pratique de différentes mancies.

Voie Théurgique, Chevaleresque ou Sacerdotale, 1'Ordre Martiniste Initiatique prolonge et parfait dans son Second Temple la quête et la réalisation initiatique de tous les Hommes de Désir, des authentiques Cherchants en cette fin de 20e siècle, démontrant, s'il en était besoin, que l'Occident détient en son sein les moyens de travailler à la réalisation du Grand Œuvre Universel par la Réintégration de tous les Etres en leur Premières Propriétés, Vertus et Puissances Spirituelles et Divines.

La poésie devrait annoncer les vérités, la musique leur ouvrir l'issue et la peinture les réaliser. La poésie est le nombre, la musique est la mesure et la peinture est le poids.
Louis Claude de Saint Martin

CONCLUSION

Parfaitement adapté à l'Occident, le Martinisme en général, l'Ordre Martiniste Initiatique en particulier doté de ses Seconds Temples (Elus Cohens, CBCS) a le mérite de « coller » au cadre ethno culturel de notre société. Il offre des possibilités de réalisation supérieures, pour les Occidentaux, aux voies Orientales, lesquelles, par delà la séduction qu'elles exercent sur nos contemporains, restent peu adaptées à leur mentalité et à leurs aptitudes physiques.

Le Philosophe Inconnu disait : « Plus le Temps avance vers le complément de son désordre, plus l'Homme s'achemine vers son terme de Lumière ». Il en est bien ainsi de nos jours en ce monde dont les élites ont délibérément tourné le dos à la prééminence et aux nécessités de l'Esprit. Arts, Sciences, Religions avancent, encore pour quelque temps, dans des voies séparées abandonnant l'Humanité à la désespérance et à l'égoïsme.

L'émergence forte du courant Martiniste, cette Chevalerie de l'Ame, s'est souvent effectuée lors des grandes épreuves de nos sociétés. II en a bien été ainsi avant la Révolution de 1789 qui devait bouleverser l'Europe. Il en a bien été ainsi au cours du 20e siècle qui devait marquer le monde par les deux grandes guerres et les révolutions Russes et Chinoises.

Lorsque la barque humaine, pressentant la tempête ou malmenée par les flots, s'inquiète ou désespère, le Martinisme, tel un phare dominant le chaos, envoie les signaux espérés, indiquant la route qui conduit au port de Lumière et d'Amour.

Le 21 Mars 1994, à minuit Richard Gaillard succédait à Gérard Kloppel en qualité de Grand Maître Mondial de l'Ordre Martiniste Initiatique (4 premiers degrés de l'Ordre).

Gérard Kloppel conservant la présidence du Souverain Sanctuaire des Chevaliers de Palestine.

L'espérance est la foi commençante. La foi est une espérance complète. La charité est l'action vivante et visible de l'espérance et de la foi.
Louis-Claude de Saint Martin

Annexe

Relevé dans : « les sources Initiatiques du Martinisme en Russie »-Robert Ambelain (non publié).

- Benjamin Fabre in « Franciscus Eques a Capite Galeato"- page 108 -

- Gérard Van Rijnberk in « Martinez de Pasqually »-Tome 1 - pages 52-56 et 94 à 97 -

- René le Forestier in « Franc-maçonnerie Templière et occultiste » - pages 519 - 595 - 622 - 626 - 690 - 785 - 903 - 1104.

Notes d'Antoine Faivre dans le même ouvrage : note 316

- page 998 - note 511

- page 999 - note 519

- page 1003 - note 622

- page 994 M. Matter : « Saint-Martin le Philosophe inconnu » page 134-188.

La fausse instruction qui inonde la Terre tient 1'humanité suspendue comme par un fil au-dessus de l'abîme.
Louis Claude de Saint Martin

FIN

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


22 août 2019

Histoire de l'Ordre Martiniste Initiatique (O.M.I.), II.

La seconde partie de cette plaquette nous donne l'histoire de la filiation "russe" de l'O.M.I., telle que présentée par Robert Ambelain, Aurifer.

 

 

L'HISTOIRE ET LES FILIATIONS DU MARTINISME RUSSE (N. Novikov)

La figure dominant le Martinisme Russe est incontestablement Nicolas Novikov. Il en fut le chef et l'organisateur essentiel. Très liés au mouvement libéral, dès le début du XVIIIe siècle, les Martinistes de Novikov, qui comptaient notamment dans leurs rangs le célèbre écrivain Ivan Tourgueniev et le poète Keraskov, propagèrent la pensée initiatique de Saint-Martin, de Boehme, de Paracelse, de Swedenborg.

Mais loin de s'en tenir aux considérations mystiques purement spéculatives, leur mérite fut de mettre en pratique l'essentiel de ces enseignements.

Ils eurent une influence considérable sur Catherine II qui connaissait Nicolas Novikov, jadis membre de la Garde Impériale et acteur, à ses côtés, du coup d'état qui lui avait permis de prendre le pouvoir.

Porteurs de schémas avancés dans le domaine du Libéralisme, ils rêvèrent et commencèrent à réaliser une société plus juste.

Le nombre des Martinistes de Novikov, évalué par le Frère Tieman à près de 3 000 en 1786, bénéficia de la protection impériale jusqu'à la Révolution Française dont la secousse provoqua, en Europe, un réflexe d'hostilité à l'égard des sociétés secrètes accusées d'organiser en sous-main, l'effondrement des Monarchies Européennes. Catherine II retira sa confiance à Novikov ; Maçonnerie et Martinisme furent interdits.

Commencés en 1791, les procès intentés contre le Martinisme aboutirent à des emprisonnements, des relégations, des déportations...Nicolas Novikov fut, en 1792, condamné à mort, peine commuée en 15 ans de détention en la forteresse de Schlisselburg ; il sera libéré, ainsi que tous ceux qui furent emprisonnés avec lui, grâce à l'Empereur Paul Ier, successeur de Catherine II.

Il va sans dire que ce grave retournement de situation désorganisa totalement et provoqua la mise en sommeil du Martiniste qui disposait pour développer son action d'une revue, d'une imprimerie et de plusieurs librairies.

Après la relation de cet épisode tragique et avant de poursuivre plus avant l'histoire du Martinisme en Russie, il paraît important de revenir sur la filiation initiatique au sein de laquelle s'inscrivait Nicolas Novikov.

La question qui se pose au départ est la suivante :

Qui a initié les Maçons Russes issus de la Stricte Observance Templière aux formes rituelles du Martinisme ?

Certains ont répondu : Louis-Claude de Saint-Martin, prétextant qu'il avait été très près du jeune Prince Alexis Borosowitz Galitzine avec qui il avait voyagé et effectué un séjour, notamment en Suisse et en Italie.

Mais le Philosophe Inconnu constitua-t-il jamais un « système initiatique » structuré ? C'est peu probable. A cet égard, l'hypothèse du Rite Réformé dont il aurait eu la paternité, est encore, de nos jours, très controversée.

Louis-Claude de Saint-Martin, s'il transmit quoi que ce fût, le fit de façon très dépouillée et en un seul degré.

Les proches constituèrent vraisemblablement l'équivalent d'une société intime mais le manque de preuves sur la réalité de la transmission, dont aurait bénéficié le jeune prince Galitzine, de la part de Saint-Martin, laisse une interrogation. Or, en raison de l'importance du rôle joué par le Prince Galitzine, point de départ de l'histoire du Martinisme Russe, l'on ne peut se contenter de suppositions et d'approximations.

D'autres chercheurs ont fait de Joseph de Maistre le trait d'union manquant, au motif qu'il fut ambassadeur du Roi de Sardaigne en Russie à cette époque. Cette hypothèse ne peut être retenue. Joseph de Maistre, s'il fut Chevalier Bienfaisant de La Cité Sainte du Rite Ecossais Rectifié et Grand Profès de son Ordre Intérieur, ne fut jamais Martiniste.

La filiation Maçonnique, pas plus que la filiation Martiniste de Saint-Martin ne pouvant être valablement établies, restait la filiation Martinéziste.

Une étude du Passé Grand Maître de l'Ordre Martiniste Initiatique, Robert Ambelain ; en date du 20 septembre 1978, essaie de livrer une réponse aux chercheurs. Nous lui avons emprunté l'essentiel de ce qui suit.

L'authenticité de la filiation initiatique devait reposer sur 4 critères. Il fallait que le Frère susceptible de transmettre la filiation Martiniste aux Maçons Russes fût d'abord Maçon lui-même mais également :

  • Russe ou fixé en Russie
  • Avoir connu Saint-Martin à Londres, Paris et Rome
  • Avoir été lié au Prince Galitzine
  • Avoir été Elu-Cohen de Martinez de Pasqually.

Un nom semblerait réunir l'ensemble de ces critères. Il s'agit de Frédéric Tieman von Berend, d'origine saxonne, demeurant à Saint-Pétersbourg, Major au service de l'Armée Russe, précepteur et mentor du jeune Prince Alexis Galitzine, à travers ses voyages en Europe.

Des auteurs tels que Benjamin Fabre, Gérard von Rinjberck, René Le Forestier, Antoine Faivre, Matter livrent à l'appui de ce point de vue des éléments difficilement contestables.

Frédéric Tieman von Berend répond à ces trois critères. Particulièrement, il fut initié par Jean-Frédéric Kuhn, lequel l'avait été par Martinez de Pasqually lui-même en son temple de Bordeaux.

A la mort de son initiateur, Tieman hérita de ses documents les plus secrets : le Traité de la Réintégration et d'autres Instructions réservées aux Réaux-Croix ; ce qui prouve que Savalette de Langes, en sa lettre du 1er mai 1781 à Willermoz ignorait le degré exact de Tieman dans l'Ordre des Elus-Cohens, puisqu'il le présente comme « M.P », soit Maître Particulier, son propre degré. Or, nous savons que les degrés ordinaires des Cohen ignoraient la classe secrète des Réaux-Croix.

Quant à sa qualité de Maçon, Tieman von Berend était membre de la Stricte Observance Templière et connu sous le nom de « Eques a Cordo ».

1796 à nos jours

Catherine II meurt en 1796 ; son fils Paul 1er lui succède. Dès son accession à la charge de l'Empire, il fait libérer, le 5 décembre 1796, les Martinistes emprisonnés. Mais, assassiné par un complot de cour en 1801, il sera remplacé par Alexandre Ier qui règnera jusqu'en 1825.

La première phase libérale du règne sera à nouveau un encouragement pour la Maçonnerie russe. Puis, Alexandre 1er, d'abord ami de Bonaparte en deviendra l'ennemi implacable.

Devenu promoteur du pacte contre-révolutionnaire au sein de la Sainte Alliance, il déclenchera à la fin de sa vie, les persécutions contre les sociétés initiatiques.

Fort opportunément, les Frères Martinistes qui eurent à pâtir du revirement impérial, sous Catherine II, se défièrent des Princes et continuèrent, contrairement à la Franc-maçonnerie, à tenir leurs Assemblées le plus discrètement possible.

Bien leur en prit. Ils restèrent ainsi à l'abri des versatilités royales et ne furent plus jamais inquiétés jusqu'en 1917.

On peut penser que leur activité jusqu'à cette date, ne fut pas totalement ignorée par le pouvoir mais les Martinistes, de leur côté, préoccupés de sciences ésotériques, restèrent en dehors du domaine politique.

Parmi les Martinistes de la seconde moitié du 19e siècle, signalons Labzine (auteur en 1803 de la célèbre déclaration incitant les Martinistes à la prudence), Posdeev, Speransky (ministre et auteur du Code des Lois de l'Empire Russe), l'écrivain Alexis Tolstoï (à ne pas confondre avec Léon Tolstoï) et Arseniev.

Dans la période précédant la Révolution Russe de 1917, il y avait trois centres d'émulation du Martinisme Russe :

1 - à Moscou, la Loge « Saint-Jean l'Apôtre », conduite par le Philosophe Inconnu, Pierre Kasnatcheev, initié par Arseniev, héritier de la tradition Novikov et possédant le degré théorique des Rose-croix d'Or du XVIIIe siècle. (Il devient en 1911 le Délégué Général pour la Russie du Suprême Conseil de L'Ordre Martiniste de Paris.)

2 - à Saint-Pétersbourg, la Loge « Apollonius » dont le Philosophe Inconnu était von Mebès, auteur de « l‘Encyclopédie de l'Occultisme », publiée en 1911.
La Loge compta parmi ses membres le Sénateur Zakharov, représentant de l'Empereur Nicolas II auprès du Dalaï-Lama à Lhassa au Tibet où il reçut, semble-t-il, l'initiation lamaïque.
La Loge continua de se réunir après la Révolution, mais Grigory Ottonovitch Mebès fut déporté et son groupe dispersé.

3 - à Kiev, la Loge « Saint-André l'Apôtre », chartée par la Loge de Moscou, le 25 décembre 1912, dont le Philosophe Inconnu était Serge Marcotoune, auteur de « La Science Secrète des Initiés ». (Paris, 1928) et de « La Voie Initiatique ». (Paris, 1956).
Le 3 novembre 1912, Jean Bricaud lui adressa, au titre du Martinisme Français, une charte le nommant Délégué du Suprême Conseil pour l'Ukraine, signée de Jean Bricaud, de Teder, de Victor Blanchard et Magnet.

Le Martinisme Russe en France

Les Martinistes Russes et Ukrainiens réfugiés en France, dès 1919, se regroupèrent autour de Marcotoune et travaillèrent en liaison avec les Martinistes Français ; mais le Martinisme russe préservera toujours son indépendance, fier de sa filiation directe.

Cette structure issue de la Loge « Saint-André l'Apôtre », travailla à Paris jusqu'en 1939, clandestinement de 1939 à 1944, sous l'occupation allemande.

A l'issue de la guerre, le Frère Marcotoune parti aux Iles Canaries, le Frère Georges Terrapiano fut désigné par le Frère Marcotoune en sa lettre du 22 janvier 1970, pour représenter le Martinisme Russe en France et, finalement, prit sa succession à son décès intervenu le 15 janvier 1971.

LE MARTINISME EN FRANCE (Esquisse)

Nous n'entendons pas produire une étude complète sur le sujet, mais simplement aborder les circonstances ayant présidé à la rencontre historique des deux Ordres russes et français.

Le Martinisme en France, en dehors de l'Ordre des Chevaliers Elus-Cohen de l'Univers (cf. supra), ne survécut pas vraiment sous la forme d'organisation initiatique structurée, à la disparition de Martinez de Pasqually, Louis-Claude de Saint-Martin et Jean-Baptiste Willermoz.

Il faudra attendre 1888 et la personnalité hors du commun du Dr Gérard Encausse (Papus), pour retrouver une extériorisation de taille en matière initiatique.

Nous ne discuterons pas des conditions ayant présidé à la création de l'Ordre Papusien. Nous n'apporterons pas davantage d'informations retentissantes visant à combler les vides historiques.

Un fait est établi : ce sont les différents voyages effectués en Russie par Papus et le Maître Philippe de Lyon, l'existence de la Loge « La Croix et l'Etoile » dont le Philosophe Inconnu était le Grand Duc Nicolas Nicolaïevitch et dont le Tsar et la Tsarine étaient probablement membres. Cette Loge ne fut jamais reconnue comme régulière par les Martinistes Russes.

En revanche, l'information persiste selon laquelle la fréquentation de cette Loge, par le couple impérial des Romanov, fut interrompue sous la pression de Raspoutine.

Le Dr Philippe Encausse, fils de Papus qui reprit « filialement » le Martinisme Papusien, de 1960 à 1971, dans les différents ouvrages qu'il publia, apporta des informations précieuses sur cet épisode du Martinisme Français en Russie et qui ont été confirmées par les Martinistes Russes eux-mêmes.

S'agissant de la situation du Martinisme en France, la filiation « papusienne » née en 1888, déclarée en 1901, a donné de nombreux rameaux qui, du point de vue de l'initiation « virtuelle ", au sens Guénonien du terme, posent encore problème.

Convenons toutefois que cette filiation, ainsi que la structure ésotérique qui l'a accompagnée, a néanmoins été portée par une vague de fond qui a marqué largement la vie initiatique de la fin du 19e et du début du 20e siècle.

Compte tenu de son ampleur, on peut en déduire que le point d'ancrage de son égrégore n'était pas à un niveau aussi bas que d'aucun voulait le laisser croire. Il est possible que nous ne disposions pas, sur un plan strictement ésotérique, de la totalité des informations qui seraient nécessaires pour expliquer la force et la pérennité de ce mouvement.

En ce qui concerne cette chaîne initiatique, les prolongements se sont opérés, pour l'essentiel, à travers des grands maîtres tels que Teder (qui reçut l'essentiel des rituels de Blitz - USA, Bricaud, Chevillon, Dupont et plus près de nous :

L'Ordre Martiniste de Papus dont le fils de Papus, Philippe Encausse, prit la direction de 1960 à 1971. Lui succédèrent Irénée Séguret (1971-1974) et à nouveau Philippe Encausse (1975-1979) puis Emilio Lorenzo, de 1979 à nos jours.

Plus le temps avance vers le complément de son désordre, plus l'homme devra s'avancer vers son terme de lumière.
Louis Claude de Saint Martin

L'Ordre Martiniste Libre, qui quelques années plus tard, en 1983, fut crée par quelques Sœurs et Frères de l'Est de la France, désireux de fonder un nouvel Ordre, l'Ordre Martiniste Libre (O.M.L.) et qui se regroupèrent autour de Pierre Rispal.
Présent en Belgique, au Luxembourg, aux Etats Unis, et en Suisse, l'O.M.L progresse régulièrement. L'Ordre Martiniste Libre et l'Ordre Martiniste Initiatique sont liés par un traité d'Amitié.

L'Ordre Martiniste Traditionnel, longtemps rattaché à l'AMORC et dont le Grand Maître, Christian Bernard, est commun à ces deux organisations initiatiques lesquelles n'entretiennent aucun rapport avec la Maçonnerie.

L'Ordre Martiniste Synarchique, le mot Synarchique n'ayant rien à voir avec le mouvement politique suscité avant la seconde guerre mondiale et qui donna lieu à tant de spéculations, est actuellement dirigé, depuis l'Angleterre, par Louis Bentin. L'O.M.S. fut, à l'origine, fondé par Victor Blanchard, Substitut Grand Maître de l'Ordre Martiniste, qui décida de créer un mouvement différent de celui inspiré, à la mort de Teder, par le Grand Maître Bricaud.

 

SUPRÊME CONSEIL DE L'ORDRE MARTINISTE (1891)
MEMBRES

PAPUS - Augustin CHABOSEAU - Paul ADAM - Charles BARLET - Maurice BARRES - BURGET - CHAMUEL - Stanislas de GUAÏTA - LEJAY - MONTIERE - Joseph PELADAN - Paul SEDIR - Oswald WIRTH.
Maurice BARRES et Joseph PELADAN furent remplacés par : Marc HAVEN et Victor Emile MICHELET.

 

Depuis 1993, Gérard Kloppel a donné une nouvelle impulsion à cet ordre pour en adapter la haute Spiritualité aux aspirations et aux nécessités de notre temps. Il a ouvert notamment en son sein, prenant pour base l'indispensable et l'inlassable Service dû à l'Humanité, l'ensemble des Voies permettant de hautes réalisations Métaphysiques, Spirituelles et Opératives.

L'Ordre Martiniste des Chevaliers du Christ, dont le Grand Maître actuel est Armand Toussaint, et dont la filiation initiatique des Supérieurs Inconnus, Initiateurs Libres, remonte au Prince Kourakine, Diplomate en France, qui aurait transmis cette filiation à Nicolas Novikov.

L'Ordre Martiniste Initiatique, objet de cet historique, dirigé depuis le 29 Octobre 1984, au niveau mondial, par Gérard Kloppel fondateur lui-même, en 1969, du Souverain Sanctuaire des Chevaliers de Palestine.

C'est parce que l'esprit du monde n'est pas droit qu'il a besoin d'être adroit. Mais l'esprit de vérité ne se soucie pas d'être adroit.
Louis Claude de Saint Martin.

 

A Suivre

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

15 août 2019

Histoire de l'Ordre Martiniste Initiatique - O.M.I., I.

Cet historique de l'Ordre Martiniste Initiatique (O.M.I.) et du martinisme constitue la plaquette réalisée, en 1994/95, par l'Ordre Martiniste Initiatique, à destination de ses membres et d'un public martiniste ou qui serait intéressé par le martinisme.

Le texte, de 36 pages, cest émaillé de très nombreuses illustrations, dessins, photographies de martinistes, des décors martinistes et maçonniques (R.E.R.), de manuscrits divers. Nous avons pris le parti de ne pas les publier afin de privilégier le texte. La présence de ces illustrations n'est que décorative, mis à part le tableau concernant "Ordre Martiniste Initiatique : structure et progression". Tableau que nous nous proposons d'étudier en détails plus tard.

Il est essentiel, afin de mieux pénétrer ce texte, de le replacer dans le contexte de l'époque. Depuis 1984, Gérard Kloppel (Signifer) avait la grande Maîtrise Mondiale de l'Ordre Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm (Filiation Ambelain), et celle de l'Ordre Martiniste Initiatique, soit les quatre premiers degrés et le Souverain Sanctuaire des Chevaliers de Palestine, sur lequel nous reviendrons ultérieurement. En mars 1994 il cèdera la grande maîtrise de l'O.M.I. à Richard Gaillard. Par la suite l'O.M.I. se fourvoiera dans des luttes intestines, subissant les influences des uns et des autres pour finir par s'endormir totalement sous la grande maîtrise de Catherine Cail.

Ce document est nullement polémiste, mais il souhaite se placer dans une perspective historique. Voici donc le texte publié en feuilletons.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture.

 

 

 

L'ORDRE MARTINISTE INITIATIQUE ET LE MARTINISME

HISTORIQUE ET FILIATION

Nous adressons nos plus vifs remerciements à Robert AMADOU pour la contribution qu'il a apportée à cet historique en l'enrichissant des avis et suggestions autorisés par la connaissance approfondie qu'il a de ce grand sujet.

 

L'ORDRE MARTINISTE INITIATIQUE ET LE MARTINISME

HISTORIQUE ET FILIATION

Préambule

Situé entre la Maçonnerie Traditionnelle et des Sociétés ésotériques plus fermées, l'Ordre Martiniste Initiatique porte en son sein des filiations séculaires permettant à ceux qui en ont emprunté la Voie, et pour autant qu'ils consentent aux efforts nécessaires, de parvenir à des degrés de réalisation spirituelle avancés.

J'ai dit quelque fois à Dieu : « Combat contre moi comme Jacob contre l'Ange, jusqu'à ce que je t'ai béni. » Louis-Claude de Saint-Martin.

La consonance proche des noms des pères fondateurs (Martinez de Pasqually, Louis-Claude de Saint-Martin) n'a pas contribué, au fil des années, à rendre plus claires les idées que l'on pouvait avoir sur le Martinisme. Nombre d'entre-nous appellent encore Martinisme, des systèmes Initiatiques qui, s'ils ne sont pas totalement étrangers les uns des autres, s'ils sont apparus à la même époque, n'en recouvrent pas moins des réalités initiatiques différentes.

Certes, ces « courants Martinistes » s'appuient à leur source sur trois colonnes, trois Adeptes de haut niveau, contemporains les uns des autres, qui ont dominé l'histoire initiatique de leur temps et écrit les plus belles pages de l'Illuminisme du 18e siècle ; il s'agit de Martinez de Pasqually (le Père fondateur), Louis-Claude de Saint-Martin, Jean-Baptiste Willermoz, ses deux principaux disciples.

Près d'un siècle plus tard, plus près de nous, faisant face aux ravages du matérialisme et de la science positive, un homme hors du commun, le Dr Gérard Encausse, bâtisseur né, va réactiver, dans des conditions historiques et initiatiques discutées, les flambeaux de la veine Martiniste sommeillante (cf. infra).

Se perpétuant par-delà les aléas de l'histoire à travers les expressions diverses qu'il a empruntées, le Martinisme constitue encore de nos jours, par ses enseignements théoriques et pratiques, une Ecole de Vie pour « les Hommes de Désir ». C'est pourquoi il a paru nécessaire d'évoquer, même brièvement son Passé et son Présent, et de suggérer enfin son possible Avenir.

C'est l'objet du présent historique qui abordera successivement :

Les principales composantes initiales du Martinisme L'histoire et les filiations du Martinisme Russe :

  • Le Martinisme en France (esquisse)
  • L'Ordre Martinisme Initiatique et la filiation Russe


LES PRINCIPALES COMPOSANTES INITIALES DU MARTINISME

1) Martinez de Pasqually et le Martinézisme

Comme il a été dit plus haut, au commencement, se trouve un homme énigmatique dont la personnalité et la vie, qui font l'objet d'approfondissements dans les enseignements de notre Ordre, vont fortement marquer son époque sur le plan initiatique. Cet homme, c'est Martinez de Pasqually. Sa naissance et sa mort restent, pour beaucoup d'historiens, des énigmes encore mal résolues. Martinez de Pasqually est à la fois l'auteur :

  • d'un système spéculatif (le «Traité de la Réintégration des Etres», malheureusement resté inachevé) répondant aux interrogations essentielles de l'Homme sur son origine, le sens de sa présence en ce bas monde et sa destinée.
  • d'un système opératif à base théurgique donnant les clés permettant à l'homme de se libérer des chaînes qui l'assujettissent ici-bas, l'ensemble de la voie ainsi proposée étant plus connu sous le nom de Martinézisme (ce terme étant un néologisme papusien).

Martinez de Pasqually s'inscrira dans le courant Maçonnique de son époque, sur lequel il greffera son système, qui lui servira de vivier pour le choix de ses « Elus-Cohens », Sacerdotes de haut niveau, chargés d'opérer « le Culte » immémorial de la réconciliation entre l'Homme déchu et la Divinité.

2) Louis-Claude de Saint-Martin et le Martinisme

Mais le Martinisme désigne également la Voie offerte par le Philosophe Inconnu, Louis-Claude de Saint-Martin, disciple et secrétaire de Martinez de Pasqually auquel il vouera, jusqu'à sa mort, un indéfectible respect.

Le système de Louis-Claude de Saint-Martin dont le Maître posthume, après Martinez de Pasqually, fut Jacob Boehme, est plus connu sous le vocable d'Illuminisme Théosophique.

Familier de la voie opérative de Martinez de Pasqually, il s'en écartera progressivement au profit d'une voie intérieure plus directe et plus dépouillée, appelée aussi voie cardiaque, sorte de cœur à cœur entre l'Homme de Désir et la Divinité.

La contribution littéraire et philosophique de Louis-Claude de Saint-Martin est importante (voir le Cahier d'Ordre consacré à Louis-Claude de Saint-Martin).

Elle se démarque, par le contenu et le style, du Traité de la Réintégration, difficile à lire. Sorte de préromantique, Louis-Claude de Saint-Martin laisse, par l'originalité de sa Quête, la poésie et la profondeur de ses propos, l'image androgynale d'un Etre vivant à la charnière de deux mondes et qui s'efforçait de demeurer parmi les hommes de son temps pour leur montrer la Voie.

3) Jean-Baptiste Willermoz, le Rite Ecossais Rectifié, les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte

 Complétant cette trilogie d'hommes exceptionnels à la fois témoins de leur temps et hors du temps, il nous faut citer Jean-Baptiste Willermoz, disciple de Martinez de Pasqually qui, à l'issue du Convent de Wilhemsbad (1782), va rectifier la Stricte Observance

Templière et fonder le Rite Ecossais Rectifié, au sommet duquel il placera les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte (CBCS) et les classes secrètes de Profès et Grand Profès.

Jean-Baptiste Willermoz intègre à ce niveau des éléments théoriques de la Théurgie Cohen, étant lui même Elu-Cohen et Réau+Croix.

Ayant des personnalités très différentes, Jean-Baptiste Willermoz et Louis-Claude de Saint-Martin, liés un temps par le même Maître, divergeront par la suite au sujet, notamment, de la Maçonnerie.

Prenant racine dans celle-ci comme organisation et situant ses sources initiatiques à un haut niveau, le Rite Ecossais Rectifié restera (et reste de nos jours) une organisation initiatique, « Martiniste par élargissement », placée à la charnière de deux mondes, exotérique et ésotérique. La valeur spirituelle et initiatique du Rite Ecossais Rectifié, se basant sur les principes de la Chevalerie et de la Bienfaisance, répond aux hautes aspirations de l'âme, laquelle a toujours eu sa place entre le Corps et l'Esprit.

Quoiqu'il soit toujours délicat de parler du « Père », et probablement encore plus difficile de le situer vraiment, nous ne pouvons résister au désir, après avoir parlé de cette trilogie prestigieuse, de considérer Martinez de Pasqually comme le corps, Jean- Baptiste Willermoz comme l'âme, et Louis-Claude de Saint-Martin comme l'Esprit de ce « Grand Etre Martiniste » aux composantes à la fois différentes et complémentaires. Cette version des faits a au moins le mérite de rassembler ce qui est épars et peut éclairer d'un jour nouveau le sens de l'illuminisme du 18e siècle et ses importantes répercussions ésotériques sur le rôle de certaines sociétés initiatiques de nos jours.

4) Papus et le Martinisme Papusien

Enfin, on entend également par Martinisme, le mouvement fondé par le Dr Gérard Encausse (Papus), à la fin du 19e siècle, et qui prit ultérieurement la dénomination de « Martinisme Papusien ». Selon Papus lui-même, l'Ordre a vu le jour entre 1887 et 1888, période au cours de laquelle il donna ses premières instructions.

La réalité de la filiation Martiniste de Papus a fait l'objet de bien des discours, lui qui disait avoir reçu de son Initiateur Martiniste « deux lettres et quelques points ». Papus, excellent organisateur, travailleur inlassable, écrivain prolixe, celui que l'on a appelé le « Balzac de l'occultisme » va réactiver les flambeaux du Martinisme endormi dans une période cruciale où la France succombe aux démons du matérialisme.

En Adepte averti, il suscitera à son tour cette Chevalerie de 1'Ame, préparant ses membres aux épreuves si douloureuses que devait connaître le début du 20e siècle.

Le Martinisme Papusien est encore actif de nos jours. Il s'inspira jadis du Martinisme de Louis-Claude de Saint-Martin.

Il reste, cependant, que les rituels utilisés et les références symboliques dont il se servit et qui furent définitivement « fixés » par Teder sous l'impulsion de Blitz, sont étrangers à ce que nous ont légué nos prestigieux fondateurs et, notamment, Martinez de Pasqually. Pour notre part, évitant de conclure définitivement, nous considérons, comme probable, la filiation en provenance de Louis-Claude de Saint-Martin dont se réclamait Papus tout autant qu'Augustin Chaboseau (« Deux lettres et quelques points »), cette unique Initiation au grade de S.I. qu'il donnait en une seule fois.

Nous ajouterons :... même si dans la chaîne initiatique allant de Saint-Martin à Papus, un nom manque entre Antoine Chaptal et Henri Delage, son petit-fils, et si des doutes subsistent (à propos des initiations reçues par Augustin Chaboseau) sur les capacités réelles qu'avait Amélie de Boisse-Mortemart, initiée par Desbarolles, à initier réellement son cousin.

Les sources du Martinisme ayant été examinées, il nous reste maintenant, dans les lignes qui suivent, à rechercher les points d'ancrage ayant fondé le Martinisme Russe dont la filiation a été déposée au sein de l'Ordre Martiniste Initiatique.

Aucun historien sérieux ne niera, en effet, que Papus, lors de son voyage en Russie, ait découvert l'existence d'un courant Martiniste structuré, antérieur à la création de son Ordre.

 

... A Suivre...

16 juillet 2019

Centenaire du Massacre de Nicolas II et de sa Famille

Russie_Nicolas II_02

 

 Voilà 101 ans que le Tsar de toutes les Russies, Nicolas II et sa famille, femmes, enfants et serviteurs, ont été massacrés dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 (calendrier grégorien) et 4 juillet (calendrier julien). Au-delà de l'horreur et de l'abomination de cet acte, souvenons que Nicolas II et son épouse étaient S.I. et faisaient partie de la Loge Martiniste L'Etoile et la Croix à Tsarskoie Selo (aujourd'hui Pouchkine), la résidence d'été de la famille impériale, à 25 km au sud de saint Pétersbourg.

  Après l’abdication de Nicolas II, le tsar et sa famille furent retenus en captivité dans leur résidence, le Palais Alexandre à Tsarskoïe Selo, puis ils furent transférés à Tobolsk, en Sibérie occidentale, sur ordre d'Alexandre Kerensky, le chef du gouvernement provisoire, qui craignait pour leur sécurité en raison de l'agitation bolchévique et des tentatives du soviet de Saint-Pétersbourg pour s'assurer de la personne du tsar. La famille passa l'hiver dans une relative tranquillité. Les Bolcheviks, désormais au pouvoir, transférèrent le couple impérial et une de leur fille à Ekaterinbourg, dans la villa Ipatiev, le 30 avril 1918. Le reste des enfants viendront les rejoindre un mai 1918. Leur détention devint particulièrement désagréable. Le commissaire Iakov Iourovski, responsable de la garde, prit prétexte de l'approche de l'Armée Blanche (anti-bolchévique) de l'amiral Alexandre Koltchak pour faire exécuter le tsar et sa famille sur l'ordre très probable de Lénine. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, la famille impériale et leur suite furent abattus dans le sous-sol de la villa Ipatiev.

Russie_Ipataiev

  Plusieurs éléments tendent à prouver que l'exécution de la famille impériale avait été planifié à Moscou bien avant l'approche de l'armée de Koltchak. Ainsi, d'autres membres de la famille (notamment la sœur de la tsarine, la grande-duchesse Élisabeth) furent tués dans la nuit du 17 juillet à Alapaïevsk, un bourg de l'Oural à plusieurs centaines de kilomètres d'Ekaterinbourg. De plus, l'urgence de l'exécution du tsar et de sa famille était largement exagérée : le même Yourovsky ne quitta la ville qu'une semaine plus tard, en convoyant vers Moscou l'or des banques de l'Oural et de Sibérie occidentale qui avait été préalablement rassemblé à Ekaterinbourg. (Cf. Notamment Pierre Lorrain, La fin tragique des Romanov, Editions Bartillat, Paris, 2005.)

 Finalement, les corps de la famille impériale furent retrouvés pour la plupart en 1991, et pour deux des enfants, en août 2007. Le 17 juillet 1998, 80 ans jour pour jour après leur mort, les restes de la famille impériale, furent inhumés à la Cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg en présence des descendants de la famille Romanov et du président

 Boris Eltsine qui a déclaré que cet assassinat était un acte barbare. Le tsar et sa famille ont été canonisés et considérés comme morts martyrs par l’Église orthodoxe de Russie en l’an 2000 et la cour suprême de Russie en octobre 2008.

 

Russie_Nicolas II_03

  Cette tuerie est les prémices de la vague de massacres et de déportation par le régime bolchévik dans sa volonté farouche d’éradiquer par tous les moyens toute spiritualité. Prêtres, moines, intellectuels, francs-maçons, rosicruciens, martinistes, libres penseurs ... tous et toutes subirent, dans le meilleur des cas, une exécution sommaire.

Sources Wikipedia

 

 

Posté par Josue_ à 06:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 juin 2019

L'Ordre Martiniste des Rites Unis

 La création de l'Ordre Martiniste des Rites Unis (O.M.R.U.) est initiée en juin 2008, par le regretté Sâr Signifer, Gérard Kloppel, quelques mois avant son décès survenu en octobre de la même année.

 En effet, Sâr Signifer, ne souhaitait pas le réveil de l'Ordre Martiniste Initiatique (O.M.I.) tombé alors dans un profond sommeil. Une restauration totale s'imposait nécessitant selon lui un renouvellement complet de ses structures.

 Cette restauration offre ainsi l'opportunité de rassembler deux différents rites ou courants du Martinisme contemporain des plus significatifs :

  • Le Martinisme dit «Occidental» initié par Papus qui définissait l'Ordre Martinisme comme une : «société mystique... [dont] le Martinisme est l'union des forces invisibles évoquées pour la recherche de la Vérité. L'Ordre Martiniste est un centre actif de diffusion initiatique. Il est constitué pour propager rapidement et d'une manière étendue les enseignements de l'occulte et les lignes de la tradition occidentale chrétienne.»;
  • Le Martiniste dit «Oriental», appelé aussi «Martinisme Russe ou Ukrainien ou de Novikov» dans sa dimension opérative et «rosicrucienne». Un des Frères d'un Chapitre moscovite le définissait comme la «lutte contre les forces du mal dans l'univers et en nous, l'ascension des marches mystérieuses, le long de la chaîne qui unit le monde matériel au monde spirituel. ... Cette chaîne se compose de chaînons innombrables, dont les principaux sont : connaissance de soi, [réintégration], édification de son Temple Intérieur, pénétration, chez les uns recherche de l'extase, chez les autres le silence de la contemplation.».

 Ces deux rites, ces deux axes, s'unissent autour d'un centre commun : l'Ordre Martiniste des Rites Unis. L'Ordre Martiniste des Rites Unis se veut être humblement l'expression d'une pratique spécifique du martinisme auprès de nos Frères et Sœurs Martinistes Libres ou au sein d'Ordres Martinistes divers.

 L'Ordre Martiniste des Rites Unis adopte les formes du « Martinisme Occidental », mais il prend sa source initiatique dans le « Martinisme Russe ». Il tire sa force de l'ésotérisme traditionnel et spirituel si particulier de cette Tradition séculaire qui remonte à Colovion en 1784. Il s'inscrit dans cette voie de l'hermétisme chrétien qui allie la Rose et la Croix au Nom et sous les auspices de notre Vénéré Maître YHShVH.

 Les rituels de l'Ordre Martiniste des Rites Unis restent attachés à l'esprit voulu par un de ceux qui mit au jour cette filiation, le regretté Sâr Aurifer. L'Ordre Martiniste des Rites Unis ne comporte que quatre, et uniquement quatre grades : Associé Martiniste, Initié Martiniste, Supérieur Inconnu et Supérieur Inconnu Initiateur.

 Nous accueillons en notre sein tout homme ou toute femme de Désir. Nous nous refusons à faire le moindre prosélytisme. Nous restons cependant ouverts à tous dans le respect des spécificités de chacun. Les Frères et les Sœurs regroupés au sein d'une Loge ou Collège martiniste pourront ainsi œuvrer au sein d'une démarche initiatique commune, hors de tout esprit sectaire.

 Le Synédrion des Supérieurs Inconnus, Serviteurs et Inconnus, œuvre. Il est le garant et le gardien de la fidélité des transmissions initiatiques de l'Ordre Martiniste des Rites Unis. Il est le dépositaire et le conservatoire de filiations initiatiques hermétiques traditionnelles qu'il dispense en son sein. 

 Les temps sont venus où nous nous devons d'abandonner certaines formes, certaines structures appartenant au passé afin de les renouveler selon les vœux des Maîtres Passés et d'œuvrer dans la simplicité et l'amour à la Gloire du Sublime Architecte des Mondes et au nom de YHShVH.

« Nous savons tous que le Tout-Puissant plein d'amour et de miséricorde peut,
quand il le voudra,
faire naître des pierres mêmes des enfants d'Abraham
».

 « Purifie-toi, demande, reçois, agis, car toute l'Œuvre est en ces quatre temps.»

 


OMRU Synedrion

Le Synédrion des Supérieurs Inconnus de l'Ordre Martiniste des Rites Unis.
Le 29 décembre 2008.

Posté par Josue_ à 06:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Sol Invictus

scarabe

 

  Personne, en effet, ne le peut concevoir ou penser, ni ne peut approcher auprès de celui qui est exalté, auprès du véritable préexistant. Mais tout nom qui est conçu ou prononcé à son sujet, est proclamé pour sa gloire, comme sa trace, selon la capacité de chacun de ceux qui le glorifient. Mais celui donc qui à partir de lui s’est levé comme le soleil à l’horizon, se déployant en vue de l’engendrement et de la connaissance des Touts, lui, par contre, il est tous les noms, sans mensonge, et il est véritablement le seul premier homme du Père.

  C’est lui que j’appelle la forme de ce qui n’a pas de forme, le corps de l’incorporel, le visage de l’invisible, le logos de l’ineffable, l’intellect de l’inintelligible, la source qui a jailli de lui, la racine de ceux qui sont plantés et le dieu des dévots, la lumière de ceux qu’il illumine, la volonté de ceux qu’il a voulus, la providence de ceux qu’il pourvoit, l’intelligence de ceux qu’il a rendus intelligents, la puissance de ceux à qui il donne puissance, l’assemblée de ceux avec qui il s’assemble, la révélation de ce qui est recherché, l’œil de ceux qui voient, le souffle de ceux qui respirent, la vie des vivants, l’unité de ceux qui sont unis.

Traité Tripartie, NH I,5.

 

 

Posté par Josue_ à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juin 2019

Livre des Secrets de Jean

19 Il arriva, pendant l’un de ces jours où Jean, frère de Jacques, — ce sont les fils de Zébédée — était monté à Jérusalem, qu’étant monté au Temple, un pharisien du nom d’Arimanias s’approcha de lui et lui dit : « Où est ton maître, celui que tu suivais ? » Jean lui dit : « Il est retourné dans le lieu d’où il était venu. » (Le pharisien) lui dit : « Ce Nazôréen vous a fait errer dans l’erreur et vous a rempli les oreilles de mensonges.

 Il a fermé vos cœurs et vous a détournés des traditions de vos pères. » Lorsque j’entendis ces propos, je me détournai du Temple, me dirigeant vers la Montagne, vers un lieu désert. Je m’affligeais beaucoup et je disais : « Comment le Sauveur a-t-il donc été mandaté ? Pourquoi a-t-il été envoyé dans le monde par son père qui l’a envoyé ? Qui est son père ? Et de quelle nature est cet éon vers lequel nous irons ? Il nous a dit que cet éon où nous sommes avait reçu la figure de cet éon incorruptible où nous irons, mais ne nous a pas instruits de ce dernier en nous disant de quelle nature il était ? »

 À cet instant, alors que je réfléchissais à cela, les cieux s’ouvrirent, la création entière fut illuminée par une lumière qui apparut en dessous des cieux et le monde entier fut ébranlé. Je fus effrayé et je me prosternai. Et voici que m’apparut] un enfant. Mais il changea son aspect, prenant celui d’un vieillard en qui se trouvait de la lumière. Je regardai, mais sans comprendre ce prodige. S’agissait-il d’une apparence ayant des formes multiples dans la lumière et dont les formes avaient été manifestées les unes par les autres comme si elle était une ? Mais alors comment] avait-elle trois aspects ?

 Il me dit : « Jean, pourquoi doutes-tu et es-tu effrayé ? Tu n’es pas étranger à cette apparence. Ne sois pas pusillanime. Je suis avec vous en tout temps. Je suis le Père, je suis la Mère, je suis le Fils. Je suis celui qui existe éternellement, celui qui est sans souillure et sans mélange. Je suis venu maintenant t’instruire de ce qui est, de ce qui a été et de ce qui doit advenir afin que tu connaisses les choses invisibles comme les choses visibles, et t’instruire aussi au sujet de l’Homme parfait.

« Maintenant donc lève ton visage, écoute et entends ce que je te dirai aujourd’hui afin de le proclamer toi-même à ceux qui partagent le même Esprit que toi, eux qui sont issus de la génération inébranlable de l’Homme parfait. »

Extrait du Livre des Secrets de Jean, Bibliothèque de Nag Hammadi (BG,2; NH III,1)

Posté par Josue_ à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juin 2019

Prière du Serviteur

LA PRIERE DU SERVITEUR

 

j’ai rangé la demeure et refermé la salle,
Je veille sur les biens de mon maitre endormi ;
le grand chien du logis, qui s’étend sur la dalle
N’a pas ainsi que moi les yeux clos à demi,

J’ai fait taire la vasque et fait luire la lampe,
J’ai serré la vaisselle et plié les habits ;
Et dans la paix obscure où s’achève la rampe
Mes pleurs silencieux coulent sur mon pain bis

Je n’aurai de repos, Seigneur, Que sous la pierre
Pour la première fois l’appel me sera doux
Lorsque je l’entendrai dans le fond de ma bière
Et je dirai : « Maître » et que ce sera vous.

Robert de Montesquiou (1855-1921)

Posté par Josue_ à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2019

Robert Ambelain - Aurifer

In Memoriam

 

 

Robert Ambelain, Aurifer
27 mai 1997

ambelain a l ordre

Il y a 22 ans que le regretté F:. Robert Ambelain, i.o. Aurifer a rejoint les terres lointaines de l'Occident.

Il a été le réunificateur d'une expression des rites égyptiens de Memphis et de Misraïm. Il était aussi maçon rectifié, i.o. eques a reconciliatione.

Il a été celui qui redonna ses lettres de valeur à l'ésotérisme occidental, réveillant et ré-activant de nombreuses sociétés initiatiques et hermétiques qui sans lui seraient restées oubliées. Exhumant de la poussière tant de textes de ses chers "Maîtres passés".

 

" Mes Frères n'oublions pas que c'est en notre âme et en l'âme de nos semblables
que nous devons semer le Verbe, afin qu'il produise des fruits de tout genre et de toute espèce.
Car l'âme de l'Homme est la terre naturelle du Verbe.
Et comme les eaux du Nil fécondent la Terre de Memphis, dans la saison Shâ et au mois de Thot,
ainsi les eaux d'en haut fécondent
le temple intérieur de l'homme en la même mystérieuse Saison
."

In memoriam.

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mai 2019

Defoe

La vraie grandeur
Consiste à être maître de soi-même.

Daniel Defoe.

Posté par Josue_ à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :