Russie_Nicolas II_02

 

 Voilà 96 ans que le Tsar de toutes les Russies, Nicolas II et sa famille, femmes, enfants et serviteurs, ont été massacrés dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 (calendrier grégorien) et 4 juillet (calendrier julien). Au-delà de l'horreur et de l'abomination de cet acte, souvenons que Nicolas II et son épouse étaient S.I. et faisaient partie de la Loge Martiniste L'Etoile et la Croix à Tsarskoie Selo (aujourd'hui Pouchkine), la résidence d'été de la famille impériale, à 25 km au sud de saint Pétersbourg.

  Après l’abdication de Nicolas II, le tsar et sa famille furent retenus en captivité dans leur résidence, le Palais Alexandre à Tsarskoïe Selo, puis ils furent transférés à Tobolsk, en Sibérie occidentale, sur ordre d'Alexandre Kerensky, le chef du gouvernement provisoire, qui craignait pour leur sécurité en raison de l'agitation bolchévique et des tentatives du soviet de Saint-Pétersbourg pour s'assurer de la personne du tsar. La famille passa l'hiver dans une relative tranquillité. Les Bolcheviks, désormais au pouvoir, transférèrent le couple impérial et une de leur fille à Ekaterinbourg, dans la villa Ipatiev, le 30 avril 1918. Le reste des enfants viendront les rejoindre un mai 1918. Leur détention devint particulièrement désagréable. Le commissaire Iakov Iourovski, responsable de la garde, prit prétexte de l'approche de l'Armée Blanche (anti-bolchévique) de l'amiral Alexandre Koltchak pour faire exécuter le tsar et sa famille sur l'ordre très probable de Lénine. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, la famille impériale et leur suite furent abattus dans le sous-sol de la villa Ipatiev.

Russie_Ipataiev

  Plusieurs éléments tendent à prouver que l'exécution de la famille impériale avait été planifié à Moscou bien avant l'approche de l'armée de Koltchak. Ainsi, d'autres membres de la famille (notamment la sœur de la tsarine, la grande-duchesse Élisabeth) furent tués dans la nuit du 17 juillet à Alapaïevsk, un bourg de l'Oural à plusieurs centaines de kilomètres d'Ekaterinbourg. De plus, l'urgence de l'exécution du tsar et de sa famille était largement exagérée : le même Yourovsky ne quitta la ville qu'une semaine plus tard, en convoyant vers Moscou l'or des banques de l'Oural et de Sibérie occidentale qui avait été préalablement rassemblé à Ekaterinbourg. (Cf. Notamment Pierre Lorrain, La fin tragique des Romanov, Editions Bartillat, Paris, 2005.)

 Finalement, les corps de la famille impériale furent retrouvés pour la plupart en 1991, et pour deux des enfants, en août 2007. Le 17 juillet 1998, 80 ans jour pour jour après leur mort, les restes de la famille impériale, furent inhumés à la Cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg en présence des descendants de la famille Romanov et du président

 Boris Eltsine qui a déclaré que cet assassinat était un acte barbare. Le tsar et sa famille ont été canonisés et considérés comme morts martyrs par l’Église orthodoxe de Russie en l’an 2000 et la cour suprême de Russie en octobre 2008.

 

Russie_Nicolas II_03

  Cette tuerie est les prémices de la vague de massacres et de déportation par le régime bolchévik dans sa volonté farouche d’éradiquer par tous les moyens toute spiritualité. Prêtres, moines, intellectuels, francs-maçons, rosicruciens, martinistes, libres penseurs ... tous et toutes subirent, dans le meilleur des cas, une exécution sommaire.

Sources Wikipedia