Georges Bogé de Lagrèze

(14 décembre 1882 - 27 avril 1946)

lagreze

Né à Dijon, le 14 décembre 1882, acteur de théâtre et metteur en scène, Directeur du Théâtre municipal de Strasbourg, Directeur des casinos d’Arcachon, de La Rochelle, de Royan et de Montpellier. Son métier l’amène à faire de fréquents déplacements, y compris hors de France. Marié à Ernestine Bogé (ce qui inspirera son nom de théâtre) puis en secondes noces, à Marie Dubroca, de nouveau veuf, remariage avec Armande-Marie Comte.

L’on ne sait pas grand-chose de cette vie profane et artistique, si ce n’est qu’elle lui donna la faculté de développer une formidable mémoire, ce qui fera dire à Jean Mallinger qu’il connaissait par cœur tous les rituels des ordres auxquels il appartenait et qu’il pouvait les diriger sans erreur !

- 1904 : Reçu Apprenti, au Grand-Orient-de-France, le 29 février 1904.

- 1905 : Compagnon le 5 mars, Maître le 9 ! Il s'affilie à la R.L. L'Encyclopèdique de Toulouse.

-1908 : Supérieur Inconnu Initiateur dans l’Ordre Martiniste, Membre du Suprême Conseil avec Papus. Rose-Croix dans un Chapitre de Manchester.

-1909 : John Yarker, Grand Hiérophante, le fait 90° dans l’Ordre de Memphis-Misraïm. Cependant, ce bref ne constitue pas une charte de Grand-Maître (thèse de Robert Ambelain, mais il se trompe, photocopie de ce diplôme est visible dans les archives de Bruxelles de Memphis-Misraïm).
Reçu Chevalier Kadosch 30°, le 3 septembre par John Yarker (régularisé en France, en 1922)

-1911 : Initiation au degré Aspirant Rose-Croix, Démétrius Sémélas (Ordre du Lys et de l’Aigle, Rose-Croix d’Orient).

-1912 : S’intéresse aux Babystes, fait la connaissance d’Eugène Dupré, ami et secrétaire de Démétrius Sémélas. Rose-Croix Ésotérique et Astrale d’Égypte (confusion possible avec la R.C. de Sémélas ?)

-1916 : Présent à la fondation de l’atelier maçonnique sous la maîtrise d’Édouard de Ribeaucourt, de la Grande Loge Nationale Indépendante pour la France et les Colonies.-1917 : Georges Clémenceau l’aurait missionné secrètement auprès du ministre (martiniste) de la guerre Russe, Alexandre Kerenski. Historiquement non prouvé.

-1921 : Inspecteur Principal et Membre du Suprême Conseil de l’Ordre Martiniste de Lyon (Bricaud).

Membre de la G.L.D.F. (Grande Loge de France) R.L.Fraternité Écossaise

Fondateur et Vénérable d'honneur à la R.L. Disciples de Saint-Jean (G.L.D.F.) à l'orient d'Angoulème.

-1922 : il est reçu 30° au Suprême Conseil du R.E.A.A.(Rite Écossais Ancien et Accepté).

-1923 : il est reçu 31°.

-1924 : il est reçu 32°.

-1925 : le 27 novembre, il est reçu 33° du Conseil Suprême. S'affilie à la R.L. Amis Écossais (G.L.D.F.) à l'orient de Royan, puis à la Loge Symbolique Humanidad (Rite National Espagnol) présidée par Papus ! Toujours la même année... Fondateur et président-provisoire du chapitre Chevaliers de la Fraternité, vallée de Nice !

-1927 : reçu 94° Memphis-Misraïm, par Jean Bricaud. Grand-Expert, puis député au Chapitre Chevaliers de la Fraternité, vallée de Nice.

-1928 : Chevalier d'éloquence au Chapitre Chevaliers de la Fraternité, vallée de Nice. 

-1933 : Ralliement à l’Ordre Martiniste et Synarchiste de Victor Blanchard, J. Bricaud le radie en conséquence de toutes les organisations dont il a la charge.

-1934 : Au Convent de Memphis-Misraïm  (qui précéde de trois jours, celui de la au premier Convent de la F.U.D.O.S.I.) il est installé Souverain Grand-Maître de Memphis-Misraïm pour la France et Grand-Hièrophante-Adjoint, Substitut-Grand-Maître universel . Emile Dantine (Sar Hieronymus) le charge d''étendre à la France et à la Suisse, l'O.H.T.M., l'Ordre Hermétiste Tétramégiste et Mystique.

-1937 : Nommé Grand-Profès de l’Ordre des Chevaliers Bienfaisant de la Cité-Sainte (filiation Grand-Prieuré d’Helvétie), sous le nom d’Eques Rosae Caritatis.

-1939 : Il fait la connaissance de Jeanne Guesdon, Grande-Secrétaire de l’A.M.O.R.C. en France ; Tous deux démissionnent de l’Ordre Martiniste et Synarchique, pour rallier l’Ordre Martiniste Traditionnel d’Augustin Chaboseau. Il y devient Inspecteur Principal et Grand-Chancelier.

De par son bref de nomination de  Robert Ambelain 95° en date du 15 Août, nous le savons Grand-Maître-Général pour la France et ses Dépendances de l’Ordre Oriental du rite Primitif de Memphis-Misraïm, Membre du Suprême Conseil International, Grand-Hiérophante-Substitut, 33° 96° 97°.

A la même date, il est présent au 4° Convent de la F.U.D.O.S.I à Bruxelles où il cumule les mandats : O.M.T., Ordre du Lys et de l’Aigle, Ordre des Samaritains Inconnus, Ordre kabbalistique de la Rose-Croix… autant d’initiations !

Important pour l’avenir de l’O.M.T., c’est lui qui nomme le 1° Septembre Ralph M. Lewis, nouvel Imperator de l’A.M.O.R.C., au grade de Supérieur Inconnu Initiateur, avec patente pour établir un Conseil Régional pour l’Amérique du Nord.

-1941 : Patrice Genty, de l’Église Gnostique Universelle, le consacre Évéque sous le nomem de T Markos, dans le cadre de la Succession Apostolique de Simon-Pierre par le siège d’Antioche.

-1943 : Résurgence de l’Ordre des Chevaliers Maçonnique Elus Cohen de l’Univers (en soutien de Robert Ambelain), dont il devient Grand-Maître.

Grand-Maître du rite de Swedenborg.

-1944 : Guerino Troilo, 98°, Grand-Hiérophante-Mondial passe à l’Orient Éternel, Georges Lagrèze lui succéde, devient 98° et Grand-Hiérophante-Mondial, Maître de la Maçonnerie Universelle.

-1945 : Confirmation ou re-consécration (?) par Victor Blanchard le 31 Aout Evêque de l’Église Gnostique Universelle.

Sans date ni référencement possible, dans le désordre calendaire, il était de fait :

· Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte, Membre du Grand-Prieuré des Gaules.

· Chevalier du Temple, dans le Rite Primeval Suédois (toujours actif de nos jours, pratiqué à la Stricte Observance Templière sous la houlette du Suprême Conseil des Rites Confédérés, succession Gérard Kloppel).

· Réau-Croix, filiation Bricaud (douteuse semble-il établi).

· 33° du Grand Collège des Rites du Grand Orient de France.

· Il a transmis la Grande Profession à eq. a Reconciliatione, Aurifer. Certains disent qu'il n’a jamais été l’un des huit Grand-Profès de France renseigné sur le Registre de Genève, cela reste à prouver. Très récemment Pierre Noël dans un article paru dans la revue Renaissance Traditionnelle, n°168, Octobre 2012, affirme que Lagrèze a été effectivement Grand Profès : "Il [Lagrèze] devint en 1937 Grand Profès de l'Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte (filiation Grand Prieuré d'Helvétie), sous le nom d'Eques a Rosa Caritatis".

Au terme d’une vie initiatique fort remplie, Georges Bogé de Lagrèze, Mikaël, Eques Rosae Caritatis, T. Markos, passe à l’Orient Éternel à l’Hopital d’Angers le 27 Avril 1946, dans sa 64° année, suivant de peu Augustin Chaboseau (janvier). Son corps fut mis à la fosse commune. Cruel oubli pour un tel homme, mais il aura peut être ainsi retrouvé l'anonymat du très grand Supérieur Inconnu qu'il était.

 

BIBLIOGRAPHIE :

CAILLET Serge
Sar Hiéronumus et la Fudosi, Paris, Cariscript, 1986, 120p.
Quêteur de l’invisible, franc-maçon, martiniste et rosicrucien exemplaire, in l’Initiation, Avril-Juin 1989, pp. 74-80.
Annales martinistes.

COURTOIS Jacques
Série Grandes Figures du Passé, 3 février 2010, site : Réflexions sur Trois Points

GALTIER Gérard
Maçonnerie Egyptienne, Rose-Croix et Néo-chevalerie, Paris, Editions du Rocher, 1994, 474 p.

RACZYNSKI Richard
Essai sur un dictionnaire du martinisme, Coulommiers, Dualpha, 2009, 680 p. ;

REBISSE Christian
Rose-Croix, Histoire et mystères, Le Tremblay, Diffusion Traditionnelle, 2003, 448 p.

ROGGEMANS Marcel
Geschiedenis van de occulte en mystieke broederschappen.Auto-édition en Belgique, 2008, 484 p.

V. Spyros
El Martinismo de Semelas, in Boletin Informativo n°32, G.E.I.M.M.E., Janvier 2012 ;

- Annales initiatiques, N°6, 1921.