Prière qu'il faut faire quand on est couché et prêt à s'endormir

Que je suis malheureux, ô mon Dieu ! d'être obligé d'abandonner au sommeil des heures que je devrais employer à gémir su mes égarements ! Tout dort à présent dans la Nature des Etres matériels corporels... je vais bientôt dormir moi-même avec elles... que je ne m'endorme pas, ô mon Père ! du sommeil de la mort. Parce que je ne suis pas encore en état de paraître devant Toi. Fais ô mon Dieu, que tandis que ce corps matériel fatigué des travaux de ce jour, va reprendre de nouvelles forces dans un assoupissement honteux ; fais, dis-je, que mon être intellectuel veille comme une lampe ardente devant le trône de Ta Majesté.

C'est dans ce temps de silence et de repos, que Tu daignes quelquefois te manifester aux hommes, par le ministère de Tes intelligences divines. Que je serais heureux, ô mon unique bien ! Si Tu voulais bien m'accorder quelque faveur, m'instruire et m'éclairer par la voie de mon Esprit Gardien. Envoie-moi un songe salutaire qui me prouve la communication des opérations puissantes qu'il fait pour moi. Fais qu'à mon réveil, j'en retienne une vive impression, qui devienne ma force et la règle de ma conduite pendant le jour de demain, si Tu permets ô Eternel, que j'y arrive.

Si c'est ici le dernier de mes jours, fais que je me réveille demain dans le séjour de la Béatitude. Pardonne-moi, ô mon Père, les fautes où la fragilité de mon être matériel a pu m'entraîner ! par Ton sang admirable, ô Divin Jésus ! lave mes souillures. Ayant toujours espéré en Ta miséricorde, mon espérance redouble en ce moment. Oui mon Dieu ! Ta miséricorde prévaudra toujours sur Ta justice. C'est dans cette ferme confiance, que je m'endors en le disant :  manus tuas Dne comirendo ( ?) spiritum meum.

 Extrait des Prières Quotidiennes des Elus Cohens. Extraits du Fonds H26.

MDP Origine